Pourquoi j’ai choisi l’autoédition ?

Article 3 - Pourquoi j'ai choisi l'autoédition ?

Pourquoi j'ai choisi l'autoédition ?

La nouvelle formule

Lorsque je me suis lancé dans l’écriture de la saga Lucia, j’avais dans l’idée de chercher une maison d’édition. Et pour cause, je pensais qu’il n’existait que ce moyen là pour pouvoir publier mes livres. En multipliant mes recherches, j’ai alors découvert que faire accepter mon manuscrit par une maison d’édition n’était plus la seule possibilité pour que mon histoire puisse trouver son lectorat. L’autoédition était l’alternative.

Le dilemme

Autoédition ou édition traditionnelle ? Cette interrogation m’a trituré l’esprit pendant de longs mois. La première proposition me permettait de publier mon livre en toutes circonstances. Pas la peine d’attendre les réponses des maisons d’édition qui mettent en moyenne six mois à revenir vers nous tant elles ont d’ouvrages qui leur sont envoyés. Pas la peine non plus d’attendre que les périodes de soumission de manuscrits soient ouvertes. Avec l’autoédition, une fois que le livre est mis en page, il est peut être publié sur Amazon KDP dans la foulée. Mais, revers de la médaille, l’auteur autoédité ne profite pas de la visibilité que peut lui procurer une maison d’édition. Il va devoir se débrouiller seul et devenir un véritable marketeur s’il souhaite que son livre soit connu du plus grand nombre. C’est ce qui a provoqué mon hésitation entre les deux formules : d’un côté je ne voulais pas attendre la réponse d’une maison d’édition qui ne viendrait peut-être jamais, mais d’un autre côté, je voulais écrire et seulement écrire. N’est-ce pas l’essence d’un auteur après tout ? J’ai été anti réseaux sociaux pendant très longtemps et cette partie marketing  me rebutait au plus haut point.

L'autoédition, un choix du coeur et non un choix par défaut

Alors qu’est-ce qui a fait pencher la balance d’un côté plutôt que de l’autre ? En continuant à me renseigner, j’ai entendu plusieurs témoignages d’auteurs qui avaient été déçu de leur expérience avec une maison d’édition, regrettant un manque d’investissement de leur part, et qui ont préféré se tourner vers l’autoédition. Après tout, on n’était jamais mieux servi que par soi-même. Cette phrase avait fait écho dans mon esprit et avait fait remonter différentes expériences passées qui me prouvaient cette vérité. Même si j’étais conscient qu’il ne s’agissait que de quelques témoignages et que d’autres auteurs avaient été propulsés au sommet grâce à leur maison d’édition, une certitude résonnait en moi : je serai à jamais le meilleur ambassadeur pour mon livre.

C’est ainsi que, dès le lendemain, j’ai créé mon compte Instagram professionnel afin de partager ma passion et plonger ma communauté dans l’univers de ma saga. Et cette casquette de marketeur que je redoutais tant, m’a permis de monter en compétences dans différents domaines, de me créer un réseau littéraire solide et de faire des rencontres incroyables

Kevin Kabona auteur

Kevin Kabona

Titulaire d’un diplôme de comptabilité et gestion, Kevin Kabona se découvre une passion pour l’écriture peu avant la naissance de sa fille. Son nouveau rôle de papa le pousse à passer à l’action et à oser réaliser ses rêves. En février 2020, il écrit les premières lignes de la trilogie Lucia, projet qui prendra de l’ampleur au fil du temps. Quatre ans plus tard, le premier opus “Mystère autour de Nemephis” s’apprête à rencontrer son public.

Derniers articles

Lucia Mystère autour de Nemephis

Lire les premiers chapitres

Laisser un commentaire

La nouvelle formule